Keep Libération Going

this article was published in the French daily Libération 13 March. Friends in Paris are worried that due to the financial pressure all print newspapers are under it may not survive.

Libération    1 3    March    2014

Sans «Libé», la France serait plus mesquine

DENIS MACSHANE ANCIEN MINISTRE BRITANNIQUE DES AFFAIRES EUROPÉENNES 12 MARS 2014 À 21:06

TRIBUNE.

 

«J’ai toujours eu une certaine idée de la France», dixit un certain général. Moi aussi. Et mon idée de la France a comme ingrédient principal ses journaux et surtout, dans ma vie d’adulte, Libération. Ambassadeur à Paris d’une nouvelle nation, les Etats-Unis, Thomas Jefferson écrivait en 1787 : «Si je devais décider si nous devrions avoir plutôt un gouvernement sans presse ou une presse sans gouvernement, je n’hésiterais pas un instant, je préférerais la seconde solution.»

Libé n’est pas le gouvernement de la France. Mais une France sans lui serait une France appauvrie. Dans chaque commune, il y a Libé, même si c’est pour un seul lecteur qui souhaiterait une vision de la société qui défient la pensée unique. Voltaire, Hugo, Zola, Camus et Sartre appartiennent tous à la tradition de Libé d’un Anders Denken, une pensée différente. Pratiquement aucun penseur ou écrivain français actuel n’est connu hors de l’Hexagone. Marine Le Pen est plus célèbre au Royaume-Uni que Michel Houellebecq.

La télévision et la radio restent les expressions d’une nation et, à part Arte ou Euronews, aucune chaîne de télévision en Europe n’existe en dehors de ses frontières. Les stars de la BBC, ZDF, TF1, LCI ou France Culture et RMC n’existent que dans les limites de leurs nations respectives. Les journaux, au contraire, vivent dans et à l’extérieur de leurs nations, et Libé est inter-nations. Je le vois en vente partout, à Londres, Athènes, Madrid ou Berlin. Je peux lire Bernard Guetta, le meilleur commentateur sur les affaires étrangères en Europe, ou Alain Duhamel qui, en quelques mots, arrive à expliquer la politique française comme nul autre.

Libé est la France à l’extérieur de la France et ramène le monde extérieur vers la France. Ceci est vrai des autres grands quotidiens français comme le Monde ou le Figaro. Mais Libé existe en dehors du jardin de l’establishment, quand ses deux confrères vivent des vies plus protégées des tempêtes qui secouent et endommagent partout la presse. Une France sans Libé serait un pays plus mesquin et moins intelligent. Pis, ce serait un pays mçåoins européen et bien plus ennuyeux.

Denis MACSHANE ancien ministre britannique des Affaires européennes

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>